09 000 Saint-Jean-de-Verges

Tél : 05 61 05 34 00 ou 06 84 05 44 56
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site : Visiter le site de l'entreprise

Aujourd'hui les maîtres verriers ne sont plus qu'une cinquantaine en France et nous avons la chance d'en avoir un en Ariège !

 

Il s'agit de Pierre Rivière qui nous a ouvert les portes de son atelier à  Saint-Jean de Verges.

 

Originaire du Pays d'Olmes, au début des années 70 il décide d'aller se former dans un des meilleurs ateliers de la capitale, chez Flamand et Ropion rue Lamarck, à  Montmartre.

En 1976 il revient en Ariège où il commence à  exposer ses créations personnelles avant de se voir confier par les Monuments Historiques, à  la fin des années 70 une première restauration, les vitraux d'une petite église.

 

«A partir de ce moment j'ai su que j'étais fait pour la restauration des vitraux anciens, explique Pierre Rivière, et j'ai pris alors une orientation M-H. Depuis et même s'il m'a fallu du temps pour maîtriser les techniques administratives et comprendre comment obtenir des commandes publiques, je suis intervenu sur plus de 500 édifices parmi lesquels les verrières de la chapelle de Bethléem de la cathédrale Saint-Just de Narbonne, les vitraux du déambulatoire de la cathédrale de Toulouse, les vitraux du dôme de la basilique du rosaire de Lourdes, Saint-Bertrand de Comminges, la cathédrale de Rodez, de Perpignan, de Montauban, l'abbaye de Fontfroide ou Laroque d'Olmes...»

 

  Chaque geste a son importance, il n'y a pas de place à  l'improvisation: couteau, marteau, clou de montage, roulette pour retailler le verre, pince à  gruger, fer à  souder... Tous les outils sont là  pour tailler les pièces réalisées afin de remplacer les manques, les caler les unes aux autres avec des clous de montage en suivant le modèle et enfin souder les lignes d'intersection à  l'étain avant de mastiquer le tout.

 

«Un des principes de la restauration, précise Pierre Rivière, c'est que l'on ne doit pas se servir d'autres oeuvres pour restaurer un panneau à  restaurer, c'est une règle déontologique car dans la pratique, quand il y a des manques, on fabrique du verre, on le décore et on crée une nouvelle pièce. Le but de notre intervention c'est de garder l'authenticité du vitrail, même quand la pièce est brisée... ce n'est pas le plomb qui en fait la qualité, l'ancienneté du vitrail c'est le verre.

 

Pierre Rivière, un homme très occupé mais qui prend le temps d'expliquer son travail et de faire partager sa passion.

CRÉDITS PHOTOS : CAUE09 - CMA09 - Hébergement et mise à niveau www.studioweb.net