fr br titre

 
 

carte ariege

Cliquez sur la carte pout choisir un Pays Pays du Couserans Pays Foix Haute Ariege Pays des Pyrénées Cathares Pays des Portes d'Ariège

Cette ancienne ferme, datée de 1879, constituée d’un volume unique, se présente sous la forme d’un bâtiment destiné à l’habitation. L’intérieur a profondément été remanié mais dans un souci de retrouver les matériaux d’origine.

 

Le Bas Couserans et le Volvestre sont des pays de transition, l’agriculture y est tournée vers la polyculture et l’élevage. Les traditions d’industries y étaient très diversifiées (minéraux, textile, bois, etc..) du fait de l’abondance d’eau vive et de la relative facilité de desserte.

L'importance et l'exploitation de la forêt de Sainte-Croix ont entraîné diverses activités de production liées à  la valorisation du bois dans le bâtiment.

haux et tuiles étaient produites localement et se retrouvent dans la construction même du bâti : la chaux en enduit pour les façades de bâtiments, et les tuiles en tant que matériaux de couvertures, sur les toits Les plus grandes dimensions des exploitations et l'absence de granges-étables ont produit des bâtiments plus importants que dans la montagne.

 

Cette ancienne ferme, datée de 1879, constituée d'un volume unique, se présente sous la forme d'un bâtiment destiné à  l'habitation. Ce logis est pourvu de trois travées d'ouvertures en façade principale. Les ouvertures, plus hautes que larges, ont des encadrements en bois. Les menuiseries et les volets sont en bois.

 

Les ouvertures de combles sont de plus petites dimensions.Les murs, en pierre, ont conservé l'enduit d'origine qui pourrait paraître dégradé, toutefois il participe à  la patine de la maison et a été conservé avec quelques reprises.

 

En toiture les tuiles mécaniques ont été remplacées par de la tuile canal en mélange de neuf et de récupération.

 

L'intérieur a profondément été remanié mais dans un souci de retrouver les matériaux d'origine.

 

En effet durant la deuxième moitié du vingtième siècle, des carrelages sur chape de béton avaient été posés, emprisonnant l'humidité qui remontait par capillarité dans les murs. Les sols en béton de ciment ont été enlevés, remplacés par un «hérisson ventilé», une chape de béton de chaux et un plancher.

 

Ce traitement a permis d'éliminer les remontées d'humidité par capillarité.

 

Le souci du propriétaire a été également de faire entrer la lumière et le soleil à  l'intérieur de la bâtisse qui en avait été privée par des constructions postérieures faisant de l'ombre. La suppression de certaines cloisons en rez de chaussée et la création d'un puit de lumière éclairent les volumes qui semblent plus spacieux et plus agréables.

 

Les colombages des cloisons démolies ont été conservés pour délimiter les espaces de vie.Les cloisons préservées ont été peintes avec des badigeons de chaux colorés à  la terre.

Quand les plâtres étaient trop dégradés par l'humidité ils ont été piqués et remplacés par des enduits à  la chaux.

 

Entre les niveaux, la laine de bois a été choisie pour apporter une isolation phonique.

A noter qu'au début des travaux le taux d'humidité au rez-de-chaussée avait été mesuré à  85% alors qu'il n'est plus que de 50% maintenant.

 

Les portes en bois sont souvent des portes de récupération choisies pour retrouver un cachet en accord avec l'ensemble.

 

A l'étage et plus particulièrement sous les combles un soin particulier a été porté a la restauration de la charpente. Des bois de récupération ont été utilisés à  chaque fois que possible. Les bois neufs ont été dressés à  l'herminette et finis à  la plane, l'outil qui permet de façonner grossièrement tout type de pièce de bois.

 

Le remaniement de la charpente a permis de créer des espaces pour des chambres d'enfants et un bureau, sans modifier l'aspect général de la toiture.

Enregistrer

CRÉDITS PHOTOS : CAUE09 - CMA09 - Hébergement et mise à niveau www.studioweb.net