Comme pour une maison d’habitation ou un élément du pâtrimoine public, il est important quand on rénove une boutique ou une devanture de se préoccuper d’architecture et d’urbanisme Cette fiche vous propose quelques conseils pour préparer ce type de renovation.

Pour un artisan commerçant, la rénovation de sa boutique représente un enjeu stratégique de sa démarche de marketing.C'est aussi l'occasion pour lui de faire valoir sa sensibilité, son goà»t pour la réflexion architecturale, l'urbanisme, l'harmonie de sa rue. Il peut aussi tout simplement être rappelé à  l'ordre par les services d'urbanisme si sa boutique est dans une zone protégée.

***Quelques évocations moyenageuses

Dans les bourgs médiévaux de l'Ariège “ Saint Lizier, Mirepoix, Foix, ...- on peut deviner en observant les façades la trace de boutiques médiévales. Celle-ci comportaient sur rue une porte à  un vantail et à  coté une baie qui, faisant office de vitrine ouverte, était fermée la nuit par des volets en bois.Bien souvent, ces boutiques ne correspondant plus aux exigences du commerce de la deuxième moitié du 20ème siècle (Surface, éclairage, normes d'hygiène) elles ont été transformée en pièce d'habitation ou pire en garage. Toutefois certaines de ces transformations n'ont pas affecté la structure de la façade et on peut facilement imaginer l'activité commerciale de la rue du bourg.Il arrive aussi que ces « boutiques » soient abandonnées et délaissées depuis plusieurs décennies tout comme le quartier qui les accueille. Dans ce cas la façade a été assez peu modifiée et il est alors possible de lui garder tout son caractère dans le cadre d'une réhabilitation bien menée. Bien sur cette « remise en service » de la boutique n'est envisageable que si le chaland fréquente à  nouveau le quartier ; il s'agit bien souvent de touristes attirés par le caractère authentique et typique du site. Le commerçant doit alors bien comprendre qu'une dénaturation de l'architecture de sa façade pénaliserait à  terme son commerce mais aussi ceux de toute la rue. En conséquence si son activité ne s'accommode pas du caractère médiéval du magasin, il est préférable qu'il s'oriente vers un autre lieu et qu'il laisse cet espace commercial à  une activité plus adaptée : artisanat d'art, crêperie,...

***La devanture

Depuis le 18ème et durant tout le 19ème siècle est apparu la notion de « devanture » qui sont en fait des enseignes scellées au dessus puis sur le coté des vitrines lesquelles étaient protégés par des volets en bois, puis en fer, articulés ou roulants, plus récemment par des grilles et enfin par des verres « sécurisés » et des systèmes d'alarmes. Ce système a eu pour inconvénient majeur de couper le magasin du reste de l'immeuble, chaque partie évoluant “ ou dépérissant “ indépendamment.Ces panneaux, à  l'origine tous en bois, sont parfois mis à  jour lorsqu'on dépose des bardages récents en tà´le ou autres matériaux modernes.

***Ne pas se laisser guider par le hasard

Leur restauration ou leur remplacement exige quelques attentions : les panneaux peuvent être décorés de motifs et d'ornements, voire selon les cas d'illustration, mais il faut éviter les textes et les logos publicitaires des marques commerciales ; le choix des typographies doit être mesuré et se limiter à  une ou deux, certaines étant déconseillées parce qu'elles se lisent mal, c'est le cas des « Gothiques » par exemple.Le choix des couleurs ne doit pas être imposé par le hasard ou par les exigences d'une marque internationale mais plutà´t s'harmoniser avec les « couleurs de la ville » : mobilier urbain, matériaux des façades, matériaux des sols,...A la fois signe de vie et décor la lumière valorise le commerce et sa rue, contribuant à  créer une ambiance d'ensemble. L'éclairage demande une réflexion, au même titre que la devanture et la vitrine, il doit mettre en lumière l'activité tout en décorant le commerce ; il faut par exemple choisir les angles d'éclairage et les éléments à  éclairer.Chaque région, chaque ville a ses matières de prédilection : elles sont le signe de la nature et des sociétés qui y habitent et qui y ont habité : le fer, le bois, le verre, la toile, la céramique. Chacune offre des possibilités de création d'enseignes artisanales et de mise en valeur de la ville.A l'occasion d'une rénovation, recherchez une cohérence d'ensemble et n'hésitez pas à  faire réaliser des croquis et des maquettes préalables qi vous permettrons de juger de la bonne intégration dans l'immeuble et dans la rue de vos idées.Enfin avant toute décision ayez soin d'avoir vérifié la cohérence de votre projet avec le « règlement local de la publicité » en vigueur dans plusieurs communes ariégeoises (Foix, Mirepoix, Ax-les Thermes,...) ou avec les règles des secteurs protégés (sites classés, zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager, etc...) que vous pouvez consulter auprès des services d'urbanisme de la Mairie.Source : « La maison de Pays » par René Fontaine, Seghers. 2001 « Les enseignes du centre ville, charte graphique » ; ville de Foix 2003Photos : G Roux; cliquez dessus pour agrandir les photos

CRÉDITS PHOTOS : CAUE09 - CMA09 - Hébergement et mise à niveau www.studioweb.net